Tournage film

Orka & le cinéma

 

Jeudi 25 août 2005, le grand jour est arrivé, nous avons rendez-vous dans un petit village du Nord nommé « La Longueville ». Nous arrivons sur les lieux du tournage vers 22h00. L'équipe vient juste de terminer une prise et nous invite à partager leur repas.

La réalisatrice est impatiente de voir Orka, il n'y a pas qu'elle d'ailleurs car très vite une bonne partie de l'équipe nous rejoint à la voiture pour voir "LA BETE". Bien entendu c'est la fascination dés que j'ouvre la portière arrière de la voiture. Les questions fusent de toute part et le comédien principal s'interroge de savoir s'il va pouvoir la toucher, ce qu'il ne faut pas faire, les précautions à prendre… Je lui fais donc un petit topo mais je remarque que le courant passe super bien pour Orka qui se sent plutôt à l'aise au milieu de ce petit monde.

On mange à la bonne franquette sous le préau de l'école maternelle du village (QG de la production), avec au menu Carbonnade Flamande et Andouillette (ben ouai in né din ch' nord !!). Orka se sent de plus en plus à l'aise sous ce préau, il faut bien être honnête que les andouillettes y sont pour beaucoup !!!!

Après cette collation, Marianne (la réalisatrice) me fait une description de ce qu'elle attend d'Orka, à savoir : un plan fixe avec Orka en statique dans les broussailles suivi d'une fuite sans précipitation. Elle souhaite également la mouiller au niveau du cou et du dos pour lui donner ce petit air sauvage comme elle dit. Dieu merci pour moi, Orka  n'aura pas besoin de maquillage, la couleur naturelle de son pelage convient parfaitement, ouf !!!.

Pendant ce temps les techniciens de l'équipe montent une tour sur laquelle il dresse un projecteur, je n'avais jamais vu cela, environ 6 mètres de haut et une puissance d'éclairage de 12000 Watts (il éclaire la forêt sur plusieurs kilomètres !!).

 

 

 

                                                        

 

 

 

 

Soudain nous sommes plongés dans le noir absolu, je mets immédiatement la main sur le collier d'Orka (qui jusque là était restée sans laisse pour l'habituer à tout ce remue-ménage) car je n'ai pas envie qu'elle profite de l'occasion pour filer à l'anglaise.

Le projecteur a fait sauter le compteur EDF. Des torches s'allument un peu partout et les techniciens s'affairent. Au bout de quelques minutes la lumière revient pour de bon cette fois.

Nous pénétrons maintenant dans la forêt sur le lieu du tournage de la prise. Là je découvre ce que l'on appelle le "", c'est un rail qui ressemble à une voie de chemin de fer d'une longueur de 40 mètres environ sur lequel se déplace la caméra pour filmer les scènes en mouvement. Franchement impressionnant tout ce matériel !!!

Sur les directives du caméraman et de la réalisatrice,  je positionne Orka dans les broussailles pour les réglages.

Un technicien vient ensuite prendre la lumière,

C'est ce qui gêne le plus Orka car ils sont obligés d'approcher des appareils très proche d'elle, je reste donc a ses cotés pour la rassurer pendant toute cette période mais l'équipe est très sympa et s'adapte à la situation (quelques semaines auparavant ils tournaient avec des Corbeaux, beaucoup moins facile apparemment !!).

Comme Orka est plutôt docile la réalisatrice prend la décision de filmer le statique et la fuite en une seule prise. On cache donc Denis dans les broussailles comme cela moi je capte son attention pendant le statique et Denis l'appellera vers la sortie qu'elle doit prendre pour s'enfuir. On me donne une bouteille d'eau pour mouiller le pelage, on regarde si c'est ok à l'écran et hop ! C'est parti « on tourne ». Le clap ne sera pas utilisé pour la scène afin de ne pas affoler Orka. Je m'éloigne pour rejoindre le sentier et me placer derrière la caméra afin de capter l'attention d'Orka durant la scène et là tu te dis que tout le boulot d'éducation que tu as fait pendant des années à lui apprendre le « debout – tu restes » est bien utile car ma chienne n'a pas bougé d'un ongle. Le statique est nickel. On fait signe à Denis d'appeler Orka pour enchaîner sur la scène de la fuite et comme prévu elle file vers lui trop contente. On entend le COUPE et c'est terminé. Tout le monde est content la prise est bonne du premier coup mais soudain quelqu'un nous dit "on la refait" car il y a une bouteille d'eau dans le champ ????

Oups !! c'est moi j'ai oublié de reprendre la bouteille d'eau qui m'avait servi à mouiller Orka !!! Ben oui ma chienne est une pro pas moi !!!! Tout le monde se remet en place, on retourne et cette fois c'est la bonne, c'est dans la boîte.

Maintenant c'est au tour du preneur de son d'intervenir, il doit prendre le souffle d'Orka, le vent dans les arbres et le bruit que fait Orka en marchant dans les feuillages. Et c'est là qu'intervient le gros micro poilue (celui qu'Orka avait essayé de manger lors du tournage du reportage animalier !!!). Cette fois elle a été sage elle s'est juste contenter de le renifler et de le regarder d'un mauvais œil à chaque approche.

Voilà c'est terminé, tout le monde vient féliciter Orka, grosses caresses et nous quittons le lieu de tournage pour rejoindre le QG et dire au revoir à tout le monde. Dans quelques mois nous serons conviés à la première séance de projection avec toute l'équipe. Il est 01h20 et nous reprenons la route. 

Je suis désolée du peu de photos que je peux vous montrer mais il est interdit de prendre des photos pendant les prises pour des raisons techniques car le flash de l'appareil perturbent les réglages lumières.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×